Les Cafés 2.0 de la Société Générale : rassurer, informer, enrôler

(Auteur : Maud Vincent)
Illustration de sa stratégie omnicanale, la Société Générale lance la seconde édition des Cafés 2.0 pour sensibiliser clients et prospects sur la banque digitale.

 

Les Cafés 2.0 de la Société Générale  rassurer, informer, enrôler

 

Lancés le 14 octobre dernier et jusqu’au 17 décembre, des ateliers pédagogiques ouverts à tous proposent de se former aux usages numériques bancaires. Avec cette opération intitulée « Cafés 2.0″, la Société Générale veut former, et surtout, rassurer les clients et prospects comme révèle son programme : « Comment utiliser toutes les fonctionnalités de son smartphone », « Sécuriser les données et ses paiements sur Internet » ou encore « Protéger son identité numérique ». « Les post-tests effectués suite à la première édition l’an dernier ont révélé que les participants aux ateliers souhaitaient que ceux-ci soient davantage axés sur la protection et sécurité numérique », explique Florence Amphoux, chargée de communication de la Société Générale.

Accélérer les usages numériques bancaires

La sécurité est en effet un des principaux freins au développement des usages numériques bancaires comme le notait Future Foundation dans son étude « M-commerce : What Consumers want from Financial Institutions » (2013). Florence Amphoux, chargée de communication de la Société Générale, confirme cette réticence et, in fine, le besoin de réassurance des consommateurs : « Les post-tests effectués à la suite de la première édition l’an dernier ont révélé que les participants aux ateliers souhaitaient que ceux-ci soient davantage axés sur la protection et la sécurité numérique. » Au final, jusqu’à la mi-décembre, trois ateliers par jour sont planifiés au sein d’une trentaine d’agences en France d’une durée d’1h45 chacun. Le nombre de places étant limité à quinze participants, la banque organise en parallèle des sessions chat live.

Renforcer son leadership digital

En allant directement au contact des clients pour les conseiller et les former aux services bancaires on line et notamment mobiles, la Société Générale tente bien sûr de pallier leurs craintes, mais renforce aussi et surtout son positionnement de banque digitale et multicanale. « Les Cafés 2.0 s’inscrivent davantage dans une stratégie d’image que de recrutement massif de clients », précise Florence Amphoux. « 98% des participants se sont déclarés satisfaits à l’issue de la première édition. » Beaucoup ne connaissent pas, par exemple, le compte Twitter @SG_etvous où la banque s’engage à répondre à toute question sous 30 minutes maximum ou bien encore la plateforme collaborative SGetvous.fr qui permet dans une optique crowdsourcée de co-créer et de tester des innovations bancaires.

Ces ateliers d’éducation au numérique en matière bancaire font partie d’un écosystème digital, mobile et collaboratif plus large que développe la Société Générale depuis deux ans et qu’incarne le portail www.ideespourvous.fr. Celui-ci regroupe les initiatives digitales de la banque : Cafés 2.0, transfert d’argent par SMS, « pay lib », l’application mobile grand public, celle dédiée aux professionnels ou celle sur l’assistance assurance pour les sinistres auto et habitation, etc. « Cette vitrine informe les clients et prospects sur nos produits tout en mettant en valeur notre savoir-faire digital, que traduit d’ailleurs l’explosion des connexions mobiles », rapporte la chargée de communication. Avec 60 millions de connexions mensuelles à ses services web dont 36 millions pour le mobile, ce dernier devient le premier point de contact et de transaction. Selon une étude Net Promoter Score de Bain & Company en 2013, les clients Société Générale sont les plus utilisateurs de services mobiles et l’application Société Générale se hisse cette année à la première place mondiale du classement des applications « tout en un » du cabinet indépendant MyPrivateBanking Research.

Source : e-marketing.fr

Primark s’associe à Sears pour entrer aux Etats-Unis

(Auteur : Anne-Sophie Castro)
Primark prévoit son entrée aux Etats-Unis à travers les grands magasins Sears. La chaîne irlandaise vient de signer un premier accord pour louer sept établissements de la société américaine.

 

Primark s'associe à Sears pour entrer aux Etats-Unis

Désormais c’est la modelow-cost de Primark qui occupera en grande partie l’espace commercial des magasins Sears, malgré que celui-ci ait une présence symbolique dans six des sept établissements. Edward S.Lampert, directeur général et président de Sears a expliqué que leur union aidera Primark à s’établir aux Etats-Unis et Sears à se transformer. Primark, qui sera dirigée aux Etats-Unis par José Luis Martinez de Larramendi, jusqu’alors directeur général de la filiale espagnole du groupe, a annoncé la signature du bail de location d’un local commercial à Boston pour ouvrir ses premières unités fin 2015 et d’ici la fin 2016, l’entreprise planifie l’inauguration de dix points de vente.

Sears fermera 80 magasins

Quant à Sears, qui subit actuellement une profonde transformation avec la location de ses immeubles, le groupe prétend réduire sa présence avec son label tout en générant du trafic avec l’enseigne Primark. L’objectif de Sears étant de se restructurer pour réduire son réseau de distribution afin de liquider ses comptes. L’an dernier, la société américaine a enregistré une baisse de son chiffre d’affaires de 10 pour cent pour un total de 36.188 millions de dollars. Au début de l’année, Sears a annoncé la fermeture prochaine de 80 points de vente minimum.

Source : fashionunited.fr

Tesco Tries Out Mobile Payment Shopping

(Author : Michael Moore)
Tesco has announced it will be trialling mobile payment technology for the first time as it looks to speed up the lunchtime rush.

 

Tesco Tries Out Mobile Payment Shopping

The supermarket giant has teamed up with payments processor PowaTag to trial its payments technology at Tesco’s Dean Street Metro store in London’s Soho area this week. Customers using the PowaTag app, available on both iOS and Android, are now able to pay for their goods by scanning a QR code inside the store, greatly speeding up the payments process, with Tesco challenging customers to “Take the 30 second challenge! Pick, pay and leave in 30 seconds”. PowaTag says the sign-up process, which involves customers downloading the app and linking a credit or debit card for payments, takes less than two minutes, with customers then able to continue to use the app to make mobile payments until the end of this week.

Free lunch

To promote the app, Tesco offered the first 500 customers using the app a complimentary Meal Deal during the first two days of the trial, meaning shoppers could get a main lunch item, a snack and a drink for free. “We are always testing new ideas to see how we can make the shopping experience better for our customers,” Tesco told NFC World+. “We are currently conducting a week-long experiment in one store in order to see how we might speed up purchasing and reduce queuing time for customers, and will see how we could apply some [of] these learnings into future store, checkout and technology designs.” “This week’s event is a pilot for Tesco to see how well PowaTag performs before they decide how to move forwards,” PowaTag added. “They picked the Dean Street store specifically because it has a very high customer throughput.” Mobile payments have gradually been creeping onto the British high street as more and more retailers adopt the technology. Last week, a landmark deal signed by payments provider Zapp saw some of the UK’s biggest high street brands, including Asda, Sainsbury’s, and House of Fraser, announce that they will be introducing in-store support for mobile payments from next year.

Source : techweekeurope.co.uk

Menlook.com crée un service de stylisme privé

(Auteur : Herve Dewintre)
Le site européen Menlook.com leader de la mode en ligne pour homme fondé par Marc Menasé en mars 2010 est persuadé que les ressorts de la croissance sur le web passeront par le haut de gamme. C’est le sens qu’il faut donner à l’annonce parmenlook.com du lancement d’un service de stylisme privé baptisé « Georges« .

 

Menlook.com crée un service de stylisme privé

Privé prend ici tout son sens puisqu’il s’agit de permettre aux membres inscrit sur le site interne de Georges (www.georgesprive.com) de recevoir une sélection de vêtements réalisée par une styliste personnelle.

La chanson est bien connue: les hommes manquent de temps, d’expertise ou d’inspiration pour s’occuper de leur shopping. Il s’agit donc ici d’associer les bénéfices de l’achat en magasin physique et sur internet. Concrètement, après avoir créer son profil sur le site, le client potentiel prend rendez-vous avec sa styliste personnelle. Elle cerne ses besoins, son budget. Et enfin, le client reçoit une malle soignée contenant sa sélection personnalisée de vêtements à essayer chez lui. Le plus: cette malle est livrée gratuitement à domicile et contient 10 à 15 pièces (pret à porter, chaussures et accessoires) correspondant au mieux aux attentes du membre qui a alors le temps d’essayer tranquillement les vêtements dans un délai maximum de 10 jours. Libre à lui de ne garder que les produits qu’il aime et de renvoyer les autres gratuitement. Le client n’avance pas d’argent, ils payent uniquement les vêtements conservés.

« Ce nouveau service nous permet d’aller plus loin dans l’accompagnement de nos clients, explique Marc Ménasé. Cette solution associe les avantages des magasins – essayage avant achat, conseils personnalisés – à l’efficacité et la simplicité du web: livraisons et enlèvement à domicile, accès à un large choix de marques (10000 références sélectionnées par les dernières collections de 350 marques allant de Nike, Tommy Hilfiger ou encore Lanvin Kenzo ou encore Ralph Lauren, Paul Smith, A.P.C et Hugo Boss). La diversité et la qualité de nos marques, conjuguées à l’expertise et le professionnalisme de nos stylistes, nous permettront d’apporter une réponse rapide et entièrement personnalisées à chaque demande ».

Source : fashionunited.fr

Zalando: le géant du commerce online recrute des clients offline

(Auteur : Pierre-Nicolas Schwab)
Comment pouvez-vous booster votre croissance organique dans le e-commerce ? Voici le problème auquel Zalando est confronté.
Le géant du e-commerce n’est pas encore rentable et fait le pari que la rentabilité viendra avec des économies d’échelle, qui ne peuvent être atteintes que par le recrutement de nouveaux clients. Mais les clients sont difficiles à convaincre et Zalando doit donc aller à leur rencontre.

 

zalando_experience_box_rue_neuve_brussels_october_2014-6

Deux types de consommateurs avec des comportements différents

Cela peut sembler une caricature, mais il n’y a que deux types de consommateurs: ceux qui achètent en ligne, et ceux qui ne le font pas. Ceux qui achètent déjà en ligne le font massivement parce que leurs expériences positives renforcent leur niveau de confiance dans le commerce online. Ceux qui n’ont pas n’ont pas encore essayé ont peur des risques liés à l’e-commerce ou peuvent se sentir sont moins à l’aise avec l’utilisation d’un ordinateur.
Une corrélation peut à ce sujet certainement être faite avec l’âge des personnes en question. La jeune génération est moins affectée par la peur de l’internet car elle est née avec l’Internet et a grandi avec lui. Cela ne signifie toutefois pas que la génération Y achète beaucoup en ligne. Il y a aussi une question de pouvoir d’achat et d’habitudes. Lorsque vous avez 16 ans vous préférez probablement faire du shopping avec vos amis dans de vrais magasin (sans tenir compte du fait qu’à 16 ans on ne dispose généralement pas soi-même d’une carte de crédit ou de débit permettant de faire ses achats sur Internet). La propension à acheter en ligne est inversement proportionnelle au temps libre dont on dispose et augmente aussi avec le pouvoir d’achat.

Comment Zalando recrute de nouveaux clients

Le défi pour Zalando est donc de toucher des segments de la population qui n’achètent pas encore en ligne. Pour faire court il existe plusieurs caractéristiques qui peuvent définir un non-acheteur:

    • le taux de confiance avec les transactions en ligne (les générations plus âgées sont certainement moins enclines à acheter en ligne)
    • le pouvoir d’achat (qui défavorise probablement les plus jeunes consommateurs)
    • la connaissance préalable de Zalando comme site de e-commerce

Zalando a décidé de s’attaquer au problème en organisant une petite animation originale dans l’artère la plus fréquentée de Bruxelles : la rue Neuve.
Un stand fut installé d’un côté de la rue pour permettre aux passants de prendre des selfies et les partager sur les médias sociaux (avec un hashtag #zalando bien évidemment); de l’autre côté de la rue un stand plus grand avait été installé qui donnait un aperçu de l’offre Zalando et permettait de donner un visage humain à l’entreprise en ligne et, au travers de cette « tangibilisation » de l’offre (excusez le néologisme) conduisait à rassurer les clients.
Ce faisant Zalando a ciblé les segments les plus jeunes (la population principale de cette artère commerçante). La « boîte à selfies » était le «piège» attirant les consommateurs qui, après être tombé dedans, pouvaient être abordés par les hôtesses et rediriger vers l’autre stand.
Dans cette opération marketing le segment des consommateurs plus âgés n’était évidemment pas celui qui était visé; notre hypothèse est que Zalando suppose qu’il sera plus difficile de convertir ce segment aux joies du e-commerce que de faire de la promotion auprès des générations les plus jeunes.

Source : intotheminds.com

Bloomingdale’s Equips Fitting Rooms with iPads for Smart Shopping

(Author : Janet Burns)
Parent company Macy’s is testing tablets and new apps to take the pain out of the retail experience while bringing up sales.

 

Bloomingdale’s Equips Fitting Rooms with iPads for Smart Shopping

Devoted online shoppers may soon have a reason to return to real-life retailers. As part of a tech-endowed new strategy, a major department store has started making its fitting rooms a whole lot smarter. 

In Century City, San Francisco, and Palo Alto, CA, Short Hills, NJ, and Garden City, NY, Bloomingdale’s has installed wall-mounted Apple iPads in its dressing rooms as part of a smart-fitting testing phase. The tablets connect to the company’s inventory-management systems, and can locate garments in store, as well as throughout its multimillion-item inventory network. In dressing rooms or their surrounding areas, a customer or a store associate can use an iPad to scan items and check for available sizes, colors, and reviews by other customers. The tablets also prompt customers with suggested outfit-building items, and can summon sales associates in pursuit of different sizes and styles.

“The problem we are trying to solve at Bloomingdale’s is age-old,” says R.B. Harrison, chief omnichannel officer at Macy’s Inc, to Fortune. “You’ve got a customer sitting half-naked in the fitting room and wanting to try a different size. This is technology for a common problem customers have.” As Fortune reports, the initiative is “part of a bigger push by Macy’s Inc. to best its competition at integrating analog and digital shopping experiences;” similar inventory programs have helped Macy’s to beat out sales by fellow department stores J.C. Penney and Kohl’s by using unsold, in-store items to supplement its online inventory. Like other clothing retailers, Macy’s is also looking to combat sales lost to online shopping by bringing the conveniences of technology into its stores.

If the tablet system passes its testing phase, Bloomingdale’s stores nationwide may embrace the method, Macy’s explained in a September 2014 press release. Other tech upgrades planned as part of the company’s emerging omnichannel strategy include enhanced shopping apps, an image-enabled search tool for tracking apparel, mobile e-wallets, and Tabletop Builder, a program to mix and match table settings for a well-coordinated wedding registry. Terry J. Lundgren, chairman and chief executive officer of Macy’s, Inc., comments on the company’s tech-filled strategy:

We will continue to test, to learn, and to proceed aggressively with new ideas that excite our customers and that make shopping more convenient and fun. Our goal remains to help our customers shop whenever, wherever and however they prefer, and to use the entire inventory of the company to satisfy demand.

In June, Telegraph reported on a new fitting room supplement created by Avanade and Accenture in collaboration with Microsoft. The system uses radio-frequency identification (RFID) tags, which transmit info through electromagnetic fields. When a customer enters a fitting room with a selection of clothing, the garment tags transmit information — such as style, size and color — to an antenna in the fitting room. The customer can then view the item details on a touchscreen, request different sizes and colors, and receive suggestions for complementary items.

Source : psfk.com

Cuisiner son dîner en direct chez son épicier

(Auteur : Audrey Nguyen Tan Hon)
Recipease est une chaîne d’épiceries lancée par le chef-star Jamie Oliver. Les clients y cuisinent sur place les aliments achetés dans les rayons, avec l’aide de chefs…

 

Cuisiner son dîner en direct chez son épicier

Il y a souvent chez l’épicier des produits qui vous intriguent : mais comment êtes-vous sensé préparer cette courge géante ou faire cuire ce poisson bizarre ?
Au Royaume-Uni, une chaîne d’épiceries fines a décidé d’offrir à sa clientèle un service deux-en-un. Chez Recipease, on peut acheter des aliments, et apprendre à les cuisiner… sur place ! Lorsque vous passez la porte de cette épicerie, vous aurez d’abord l’impression d’être dans une boutique traditionnelle, avec ses étals de fruits, son pain en libre service et son stand de poisson frais. Mais comme le lieu a été fondé par Jamie Oliver, le cuisto-star de la télé anglaise, c’est la préparation de bons petits plats qui est ici à l’honneur. Vous pouvez suivre à toute heure des cours de cuisine prodigués par les chefs de la maison, qui vous apprennent à mieux agrémenter les produits achetés sur place. Il suffit de s’inscrire à l’avance sur le site et de sélectionner le plat que vous souhaitez réaliser, ou la technique que vous voulez maîtriser. Tous les types de cuisine sont proposés, du chocolat aux sushis, du moment que les ingrédients sont vendus dans l’épicerie. Libre à vous, ensuite, de déguster votre plat sur place ou de le ramener chez vous, dans votre cuisine…

Source : soonsoonsoon

 

Faire son shopping dans l’appart d’un designer

(Auteur : Agathe Hirsch)
« Chez Moi », à Paris, est un concept store-appartement où habite Jean-Baptiste : tout ce qui s’y trouve – et qui lui appartient – est à vendre. Vous pouvez ouvrir les placards et acheter tout ce qui vous intéresse…

 

FAIRE SON SHOPPING DANS L'APPART D'UN DESIGNER

Vos amis ont du goût. Et chaque fois que vous allez dîner chez eux, vous aimeriez bien repartir avec ce joli tableau ou cette chaise de designer…

Chez Jean-Baptiste Chapernay Limon, c’est possible ! Ce designer français a récemment ouvert un(e) appartement/boutique/galerie en plein coeur de Paris, qu’il a sobrement nommé Chez Moi. Dans ce concept store qui est plus un appart’ qu’une boutique, tout est à vendre. Et vous pouvez y débarquer sans attendre d’y être invité, pour visiter la cuisine, le salon, le dressing, et acheter tout ce qui s’y trouve. Tout : en passant de la chambre à coucher à la bibliothèque, vous pourrez ouvrir les placards, croquer dans un macaron, piocher une fleur dans un vase, apprécier le lampadaire d’un créateur… Tout ce que vous voyez peut devenir vôtre, sauf les murs bien sûr… Et il y en a pour toutes les bourses, avec des objets dont les prix vont de 5 euros à 8 000 euros. Jeune diplômé de l’ISC Paris, le Grenoblois de 24 ans a un leitmotiv simple : « j’aime recevoir, et j’aime tout ce qui est beau ». Alors pourquoi se limiter à vendre des vêtements ou se cantonner à des tableaux quand on peut tout regrouper dans un lieu original ? Fallait le faire…

Source : soonsoonsoon

 

Le store Peugeot Avenue Des Champs-Elysées encore plus interactif

(Auteur : JDG Media)
Le 29 septembre, après plusieurs mois de travaux, Peugeot a dévoilé son nouveau showroom de 300 m² situé au 136 avenue des Champs-Elysées.

 

Peugeot Avenue Des Champs-Elysées encore plus interactif

Peugeot Avenue Paris est d’abord un vecteur d’image pour la marque ainsi qu’un espace de rencontre entre le constructeur et le public. Afin de dynamiser ces échanges et cette expérience de marque, Peugeot propose des dispositifs plus interactifs, didactiques et ludiques. Chaque année plus de 2,5 millions de visiteurs franchissent les portes de cette boutique.

Le bar à matières :
Cette installation interactive est une expérience sensorielle, tactile, visuelle et sonore pour plonger l’utilisateur dans les 4 univers des matières constitutives de l’Onyx. Ainsi, en touchant des zones tactiles, le visiteur se retrouve plongé dans la virilité du carbone, l’électricité du cuivre, la douceur du feutre, la texture du newspaperwood. Cette table interactive, designée par Bloom Room et conçue par Auditoire, présente également des pièces de l’Onyx exclusives tirées de sa fabrication

L’écran interactif :
Cet écran interactif permet de voir en temps réel les retombées Instagram des posts liés au #PeugeotAvenue. Tactile, il permet également d’entrer dans l’univers des sensations que le nouveau Peugeot Avenue propose : Peugeot Music, l’Onyx, le parfum créé spécialement pour le flagship.

Source : journaldugeek.com

L’Oréal Professionnel INOA, l’appli Facebook pour tester la coloration

(Auteur : Manon R.)
L’Oréal Professionnel a imaginé une application Facebook pour tester les colorations INOA. Focus sur Expérience INOA, l’outil de réalité augmentée pour changer de chevelure en un clic.

 

L'Oréal Professionnel INOA, l'appli Facebook pour tester la coloration

L’année 2014 aura été synonyme de technologie pour L’Oréal. Alors que le groupe dévoilait en mai dernier une appli intitulée Makeup Genius pour essayer du maquillage, L’Oréal Professionnel se lance également dans l’aventure 2.0. C’est sur Facebook que se tient cette petite révolution digitale, qui permet aux internautes de tester virtuellement les colorations de la gamme INOA. Les colorations INOA, formulées sans ammoniaque sont aujourd’hui privilégiées dans de nombreux salons de coiffure et offrent une brillance et une pigmentation à toute épreuve. Doux pour la fibre capillaire et le cuir chevelu, INOA de L’Oréal Professionnel ne reste pas moins qu’une coloration et implique donc une mûre réflexion avant de se laisser tenter.

C’est pourquoi L’Oréal Professionnel offre aujourd’hui l’opportunité d’essayer, grâce à une expérience de réalité augmentée, les teintures INOA sans quitter son ordinateur. Quatre étapes suffisent pour imaginer à quoi vous ressembleriez en blonde, brune ou rousse. Après avoir choisi votre photo, sélectionnez la zone de vos cheveux et choisissez enfin votre couleur. La teinture peut être nuancée grâce à un curseur, qui augmente ou diminue la pigmentation afin d’obtenir un résultat plus ou moins discret. Avec Expérience INOA, L’Oréal Professionnel imagine un outil nouveau avec un aspect pratique indéniable.

Avec l’appli Facebook Expérience INOA pour tester les colorations, n’espérez cependant pas ressembler à Kirsten Dunst, porte-parole de L’Oréal Professionnel en 2014 car l’outil demeure encore expérimental. Pour se lancer dans les colorations INOA de L’Oréal Professionnel, on vous conseille donc de faire davantage confiance à votre coiffeur plutôt qu’à l’application Facebook, ce qui ne vous empêchera cependant pas de vous amuser à essayer toutes les teintures proposées. Rendez-vous sur la page Facebook de L’Oréal Professionnel pour essayer Expérience INOA et changer de tête en un clic !

Source : meltyfashion.fr

1 2 3 140  Haut de page