Lush makes first foray into mobile with scent and mood shopping app

(Author : John Mccarthy)
Handmade cosmetics retailer Lush has made its first move into m-commerce with the launch of an iOS app that lets shoppers browse products based on their scent or mood.

 

Lush makes first foray into mobile with scent and mood shopping app

The app has been designed to capture the sense-tweaking nature of the retail offering by letting users browse through scent and feel categories, each displayed using rich imagery colours and styles. Marked clearly beside each product is a full list of the ingredients used, accompanied with high-res photography and video. The company worked with digital product studio Ustwo to create the app.

Adam Goswell, Lush digital product owner, said: “Working in such close collaboration with ustwo gave us the opportunity to create something really great together, that benefits from ustwo’s experience in delivering great mobile experiences coupled with the brand knowledge and design/creative input from Lush – it made for a formidable team.” Dev Morgan, ustwo lead designer, added: “Organising so much varied content for mobile was a challenge. Using the processing power of native code to incorporate cues from the current website allowed us to do more and show more.” The pair will look to expand the mobile app across Lush’s international markets in the coming year.

Source : thedrum.com

Wal-Mart to Open 30 New Stores in China

(Author : Alvin Ybanez)
Wal-Mart will be opening 30 new stores in mainland China in 2015 as its market share in the world’s second largest economy continues to grow, the company announced in a press release on Wednesday.

Wal-Mart to Open 30 New Stores in China

The U.S. retail giant will also invest more than 370 million yuan ($59.4 million) to upgrade the company’s 50 stores in the country. Wal-Mart has confidence in the Chinese market, Sean Clarke, CEO of Wal-Mart China, said in the press release. As of the end of 2014, Wal-Mart has experienced market share increases in the China’s hypermarket sector for eight consecutive quarters, according to data from market research firm Nielsen Co. Among Wal-Mart’s top four stores worldwide in terms of revenue in 2014, three of them are Sam’s Club warehouse outlets in China, the press release said.

A Sam’s Club in Shenzhen in south China’s Guangdong Province has earned the no. 1 spot in sales revenue for the past year, surpassing other Wal-Mart stores around the world for the seventh year in a row.

Wal-Mart’s growth in China comes in contrast with other foreign retailers who, in recent years, pulled out from the country or opted to cooperate with local partners due to fierce competition in the Chinese retail industry.

In 2013, U.K. retailer Tesco established a joint venture with Hong Kong-based China Resources Enterprises. In the same year, Chinese retailer Wumart Stores acquired 36 outlets from Thai retailer CP Lotus in China. Wal-Mart has also laid off more than 20 mid-level management jobs in China in a bid to lower costs, media reports said in Nov. 2014.

Source : en.yibada.com

Missguided arrive chez Selfridges

(Auteur : AFP, Relaxnews)
Le magasin de mode virtuel Missguided est en route pour une expansion dans le monde réel avec une première incursion, via le grand magasin Selfridges, dans les rues commerçantes de Grande-Bretagne.

 

Missguided arrive chez Selfridges

La marque britannique lancera le mois prochain quelques-unes de ses pièces dans l’un des prestigieux magasins de la chaîne puis s’implantera progressivement dans deux autres, rapporte le Women’s Wear Daily. Cette initiative suit la récente introduction de la marque dans quelques-uns des grands magasins chics de la chaîne Nordstrom aux États-Unis. Le créateur et directeur général du site, Nitin Passi, a déclaré que des boutiques Missguided pourraient bien faire partie de l’avenir de la marque, pour renforcer sa présence physique. « En tant que marque virtuelle, il est difficile pour nos clients de toucher nos produits et d’y faire confiance », a-t-il ajouté.

Missguided est la toute dernière plateforme d’e-commerce à tenter l’expérience du commerce traditionnel. À la fin de l’année dernière, son grand rival, Boohoo.com, a ouvert pendant deux semaines une boutique éphémère à New York, offrant à ses clients la possibilité de regarder de près une sélection d’articles de sa vaste collection virtuelle. L’événement a été organisé un an après le lancement de la version américaine de leur site, dans le cadre d’une campagne de promotion de la marque en Amérique du Nord.

De son côté, le site Etsy.com, paradis du fait main, a aussi testé cette stratégie en ouvrant juste avant Noël l’année dernière une boutique éphémère à Londres dans le marché de Covent Garden. Pour la première fois, le célèbre fouillis d’objets vintage excentriques et d’articles faits main faisait son apparition dans les rues de Grande-Bretagne. La filiale australienne du site a emboîté le pas avec l’ouverture, chaque semaine, de magasins pop-up à Sydney, combinant nourriture et créations artisanales. La marque s’est initiée au concept pop-up en 2012 à New York.

Le shopping en ligne a sans aucun doute transformé le paysage du commerce de détail, mais comme le montre Missguided, l’appétit pour la fast fashion n’a pas complètement supplanté l’attachement des clients au shopping traditionnel.

Source : fashionmag.com

Foot Locker uses emoticons to boost mobile app experience

(Auteur : Ben Sillitoe)
Sports equipment retailer Foot Locker has launched a mobile app, giving those who download it the chance to use unique replica emoticons that have been designed to boost customers’ digital experience.

 

Foot Locker uses emoticons to boost mobile app experience

 

Foot Locker has launched its first ever smartphone mobile application which the retailer says introduces users to “the world’s first sneaker replica emoticons” – Shoemoji.

The app, which is available on iOS and Android platforms, contains 80 shoe-related emoticon-type images that customers can use to communicate how they feel about certain products.

Shoemoji, which is free to access for those who download the app, is one of a number of features that Foot Locker hopes will boost consumers’ digital experience of the brand. Other services include a calendar of future shoe launches that can be added to the app user’s iCalendar or Google Calendar, as well a launch locator – providing details of which shops will stock new ranges. Stacy Cunningham, executive vice president of marketing at Foot Locker, said the company was “excited” to roll out its first smartphone app.

“We know how important phones are in our customers’ lives and we always want to offer them a premium experience with Foot Locker wherever they may be,” she explained.

“We believe that the Foot Locker app, along with the introduction of Shoemoji, is another great way for us to provide that experience.”

Other features of the transactional mobile app include a store locator and access to the retailer’s VIP loyalty programme.

Building a “more powerful digital business” that operates with “customer-focused channel connectivity” is one of the strategic priorities recently mapped out by Foot Locker, as the company looks to continue the growth journey it has experienced over the last few years.

Full-year results released in March showed that the business achieved net income of $520 million in the 12 months to 31 January 2015, up from $429 million one year before. Total sales increased 9.9% year on year to $7.2 billion, representing the retailer’s record annual sales.

Source : www.essentialretail.com

Courir : une vision 360° du client au second semestre 2015

(Auteur : La revue du digital)
L’enseigne Courir est en train de bâtir un référentiel unique de ses clients. Ce référentiel permettra d’optimiser les dépenses auprès de chaque client. En revanche, il ne permettra pas de prédire leurs prochains achats. L’enseigne mise sur les médias sociaux et la carte de fidélité comme leviers d’animation de la relation client. 

 

Courir , une vision 360° du client au second semestre 2015

C’est au second semestre de cette année que l’enseigne Courir, filiale de Go Sport, disposera d’une base de données unique de ses 1,2 million de clients. Pour autant, cette base ne servira pas à prédire le comportement d’un client à partir de ses achats précédents, mais plutôt à optimiser les dépenses auprès de chacun d’eux.

Vente de baskets pour les jeunes

C’est ce qu’annonce Laure Labadens, directrice marketing de Courir. Elle s’est exprimée le 14 avril à l’occasion d’une table ronde du salon stratégie clients à Paris.

La marque Courir est une enseigne de vente de baskets pour les jeunes. Elle gère 158 boutiques et un site de e-commerce. Les magasins s’adressent à une clientèle 15-25 ans urbaine en proposant de grandes marques de la mode sport et streetwear pour hommes, femmes et enfants.

Quatre bases à unifier

L’enseigne est en train d’unifier ses données client. « Nous avons une carte de fidélité, avec 1,2 millions de clients dans la base fidélité, dont 900 000 clients actifs » présente la directrice marketing.

« Nous avons quatre bases différentes, Web, fidélité, Call Center. Nous allons les unifier dans un référentiel client unique au second semestre de 2015 » ajoute-t-elle.

Optimiser les dépenses 

Quel est l’objectif ? « Quand nous aurons un référentiel client unique, nous allons optimiser nos dépenses auprès de ceux qui sont déjà nos clients » décrit la directrice marketing. L’enseigne aura la possibilité de personnaliser la relation, saura si le client renvoie des produits, s’il se plaint, et combien de temps il faut passer avec lui. D’autant que la demande des clients évolue. « On a des demandes maintenant sur savoir ‘comment je dois porter mes baskets’, nous en sommes là, à apporter du conseil » résume Laure Labadens.

En revanche, ce référentiel unique ne devrait pas apporter de prédiction des achats à venir. « Il y a deux ans, nous avons travaillé sur la segmentation de notre base de clients ayant une carte de fidélité » raconte la directrice marketing. Or cela n’a pas permis de prédire leurs prochains achats. « Nous n’avons pas d’idée sur ce qu’ils aiment, car c’est un marché de mode. Il n’y a aucune fidélité à une marque. Les clients changent, ils sont sur des produits chauds, on ne peut pas faire d’action à partir de ce qu’ils ont acheté avant » explique-t-elle.

Levier d’action très important

La carte de fidélité est un levier d’action très important pour Courir. L’information redescend en caisse en ce qui concerne le nombre de points de fidélité de chaque client.

La carte est vendue 7 €. Elle permet d’obtenir des promotions inaccessibles autrement sur certaines baskets. La création de cette carte a été dématérialisée en 2014 afin de sortir d’un processus qui était long et pénible. Lors de la création de la carte de fidélité, le vendeur doit collecter l’email et le SMS. « Nous n’encartons pas les clients qui ne donnent pas leur SMS ni leur email, car ils ne souhaitent pas être contactés » souligne Laure Labadens. Au passage elle pointe que les jeunes ne savent pas ce que c’est l’email, et qu’ils emploient donc le SMS. En revanche, l’email est demandé car le SMS coûte cher à actionner.

Les médias sociaux en tête

Afin d’animer la relation client, Courir emploie uniquement sur les médias sociaux. L’enseigne dispose de 16 000 abonnés sur Instagram, et en gagne 3000 à 4000 par mois. Elle a 400 000 fans sur Facebook. Courir mise sur le contenu en s’appuyant sur une dizaine de bloggeurs et du contenu venant de la revue ShoesUP.

Source: larevuedudigital.com

Japon : un grand magasin accueille une hôtesse androïde

(Auteur : AFP)
« Mon nom est ChihiraAico », dit-elle en hochant la tête et clignant des yeux. Malgré une gestuelle un rien hésitante, une voix un peu mécanique et des mimiques pas très naturelles, l’hôtesse androïde a commencé lundi 20 avril à conseiller et divertir les clients de la prestigieuse enseigne Mitsukoshi, à Tokyo

 

un grand magasin accueille une hôtesse androïde

Conçue par Toshiba, cette nouvelle créature humanoïde vêtue d’un kimono traditionnel est censée à terme pouvoir remplacer une hôtesse d’accueil derrière un comptoir du grand magasin. « Je vais vous chanter une chanson » ou bien « une foire au yukata [kimono d’été] se tient actuellement à l’étage des vêtements », sont quelques-unes des phrases qu’elle énonce au chaland interloqué.

« Prendre le rôle d’un être humain »

Après une première présentation l’an passé lors d’un salon technologique au Japon, cette énième humanoïde nippone avait fait une apparition en janvier aux Etats-Unis, mais c’est la première fois qu’elle se montre aux clients d’un magasin. « Nous ambitionnons de développer un robot qui puisse progressivement prendre le rôle d’un être humain », a expliqué Hitoshi Tokuda, un des responsables de Toshiba.

« L’installer chez Mitsukoshi, qui représente le nec plus ultra de l’hospitalité japonaise, est une excellente occasion de voir quel rôle notre humanoïde pourrait jouer dans un tel environnement », a-t-il ajouté.

Source : lemonde.fr

« D’ici » le supermarché wallon où 50% des produits viennent de moins de 50 kms

(Auteur : mes courses pour la planète)
Ananas du Costa Rica, tomates d’Espagne, poires d’Italie … les étals de nos supermarchés sont garnis de produits acheminés à grands renforts de cargos. Pour la planète, la note est salée ! Pourtant, il est possible de s’approvisionner presque majoritairement avec des produits locaux.

 

shop

Avec le locavorisme, qui consiste à se fournir uniquement en denrées alimentaires locales, certains en ont même fait un principe de vie ! Certains magasins alimentaires poussent de leur côté la démarche jusqu’au bout en proposant exclusivement à leur clientèle une offre composée de produits locaux.
C’est le cas en France mais aussi en Belgique ! En Wallonie plus précisément, un supermarché un peu particulier a ouvert en 2013 au sud de Namur avec un nom annonciateur d’une utopie réaliste : « D’ici, ma région me régale ». Ce magasin vise en effet à encourager l’émergence d’un comportement d’achat en faveur des produits alimentaires locaux.

Pour ce faire, 50% de l’offre proposée provient exclusivement de producteurs locaux : les produits vendus sont le plus locaux possible, provenant d’exploitations et entreprises belges, principalement wallones. Les fruits et légumes des étals de cette boutique sont des produits de saison, quand cela est possible. Hors saison, une gamme limitée de produits d’importation est commercialisée, afin de jouer la carte de la variété. On trouvera aussi des aliments devenus indispensables à notre consommation (thé, riz, etc), même s’ils ne proviennent pas du territoire local. Néanmoins, pour le reste, l’accent a été mis sur la promotion des producteurs de la région : charcuterie, fromage, crèmerie, traiteur, jus, bières, produits d’épicerie … la gamme de produits proposée par le supermarché « D’ici » est large car 150 producteurs fournissent les étals du magasin. Afin de renforcer la collaboration avec ceux-ci, « D’ici » a été créé sous la forme d’une coopérative agricole à laquelle ont adhéré les producteurs.
Le magasin en lui-même a été conçu pour être pratique et convivial : un espace de rencontre avec les producteurs est prévu, les chariots ont été adaptés à l’utilisation des personnes malvoyantes et toute l’information sur l’origine et les noms des producteurs des produits proposés est disponible.

A terme, le projet se veut plus large : mieux qu’un magasin, l’équipe « D’ici » souhaite faire de ce lieux de vente un véritable pôle alimentaire durable, en proposant des activités de promotion, commercialisation, distribution et transformation de produits alimentaires de proximité.
Un beau projet qui fait du supermarché un lieu de consommation … responsable !

Source : mescoursespourlaplanete.com

ETSY cartonne à la bourse de New York

(Source : AFP)
La plateforme américaine de vente en ligne de produits artisanaux, Etsy, a démarré sur les chapeaux de roue, jeudi 16 avril, pour sa première cotation au Nasdaq : son titre a presque doublé.

 

ETSY CARTONNE À LA BOURSE DE NEW YORK

La plateforme américaine de vente en ligne de produits artisanaux Etsy a démarré sur les chapeaux de roue jeudi à la Bourse de New York, où son cours a presque doublé pour sa première séance. Les titres Etsy, qui faisaient leurs premiers pas sur la plateforme électronique Nasdaq, ont clôturé à 30 dollars. Cela représente un bond de 87,5% comparé au prix d’introduction de 16 dollars, déjà fixé la veille tout en haut de la fourchette initialement prévue. L’opération avait ainsi permis de lever 267 millions de dollars. Au cours de clôture de jeudi soir, la société dans son ensemble est valorisée à 3,3 milliards de dollars.

Chiffre d’affaires en hausse de 56 %

Etsy est une plateforme qui permet à des marchands, essentiellement des artisans, de présenter leurs produits, et aux utilisateurs de les trouver et de bénéficier des conseils et avis d’autres acheteurs. Fondée en 2005, la société affiche une forte croissance avec un chiffre d’affaires en hausse de 56% à 195 millions de dollars l’an dernier. Elle est en revanche déficitaire, avec une perte nette de 15 millions de dollars creusée notamment par d’importantes dépenses de marketing. Son entrée en Bourse va aussi mettre à l’épreuve son engagement social.

Une «B-Corp»

Etsy se présente en effet actuellement comme «un antidote à la fabrication de masse», et revendique son statut de «B-Corp», un label censé récompenser de hautes performances sociales et environnementales mais qui pourrait contredire les demandes des actionnaires. La plateforme reconnaissait elle-même dans son projet d’entrée en Bourse que ses valeurs pourraient «influencer négativement» sa performance financière à court et moyen terme. Etsy est seulement la troisième B-Corp à être cotée en Bourse dans le monde, sur un total d’un peu plus de 1 200 entreprises ayant ce label. La société américaine Rally Software et la brésilienne Natura sont les deux autres.

Source : strategies.fr

Belle dynamique pour Intersport France

(Auteur : Fédération du  Commerce Coopératif et Associé)
Malgré un contexte économique et météorologique compliqué, le réseau coopératif Intersport a poursuivi sa croissance en 2014 et annonce 2015 comme « une année record pour le groupe ».

 

BELLE DYNAMIQUE POUR INTERSPORT FRANCE

+6% de croissance en 2014. L’année 2014 a confirmé la forte dynamique du groupe qui a vu son chiffre d’affaires en plaine progresser de 6%, dont 4% en surface comparable soit 1,6 milliards d’euros de réalisés (vs 1,480 milliards en 2013) portant sa part de marché à 16% en France.

Le rythme d’ouvertures et d’agrandissements suit la même tendance avec 26 ouvertures/transferts/agrandissements en plaine et 5 nouveaux points de vente en montagne portant respectivement le nombre de magasins à 388 et 215. Ce sont également 4 nouveaux points de vente au concept Black Store, réseau dédié à la mode urbaine, qui ont vu le jour cette même année, fédérant désormais 14 magasins.

Au 31 décembre 2014, Intersport France comptait ainsi 651 points de vente, représentant une surface commerciale totale de plus de 650 000 m². « Au nom du réseau, je suis fier de présenter ces résultats qui confirment une nouvelle fois notre forte dynamique sur le territoire français. Cela a notamment été rendu possible par l’implication de l’ensemble des sociétaires qui ont fortement investi au cours de ces derniers mois »a déclaré jacky Rihouet, Président du réseau.

2015 des perspectives de croissance record. « Les investissements de 2014 feront de 2015 une année record avec l’ouverture de 25 magasins, toutes enseignes confondues, 16 transferts et agrandissements » rajoute le Président du groupe.

Cette année sera marquée par la poursuite de nouveaux chantiers tels que l’évolution du concept Intersport se traduisant notamment par l’ouverture de surface de vente plus grande et le transfert/agrandissement de magasins qui ne répondent plus aux standards du groupe ; ce sera également l’année de confirmation pour Blackstore avec les ouvertures prévues de 4 magasins et l’ambition d’atteindre les 80 points de vente à horizon 2020. Quant à l’enseigne The Athlete’s Foot, rachetée par le groupe en 2012, elle sera testée sur le territoire au premier semestre 2016 avec pour objectif d’ouvrir 100 points de vente sur les trois prochaines années.

Afin de préparer l’arrivée du Clic & Collect en 2016 dans le réseau, le groupement a fait le choix de refondre l’ensemble de ses systèmes d’informations permettant dans le même temps d’améliorer la gestion du réassort.

Enfin 2015 s’annonce prometteuse pour la Manufacture Française du Cycle avec une prévision de production de 370 000 unités. Le lancement commercial en septembre prochain de la marque SUNN renforcera les objectifs du groupe. Ce dernier prévoit l’embauche de plus de 50 personnes supplémentaires à fin 2015 portant à plus de 340 le nombre de salariés au sein de l’usine.

Source : commerce-associe.fr

Ferrari creates immersive showroom experience via augmented reality

(Author : Nancy Buckley)
Ferrari Australasia is changing its consumers’ showroom visits with an augmented reality application that allows immediate customization and an in-depth look at the vehicles.

 

Ferrari creates immersive showroom experience via augmented reality

Consumers will be able to see the car in a specific color, with certain rims and more options that complete the new showroom walkaround. Integrating digital into a showroom allows frontline sales people from Ferrari to provide more detailed information and connect with consumers through more mediums. “Most high end supercar showrooms such as Lamborghini, McLaren, Ferrari et al, can come across a bit intimidating experience for a potential customer, this technology not only connects the Ferrari brand in an innovative way, but it is a friendly, engaging way to lead the customer from the showroom floor to the showroom’s configurator where they can ‘spec’ up and customize further their dream Ferrari,” said Tim Jardine, executive produce at zspace, Sydney. Ferrari Australasia’s Augmented Reality app was developed by zspace. Australasia includes Oceania and parts of South Asia.

Different perspectives 
The app currently works for five vehicles, the 458 Speciale and Spider, the FF, the F12 Berlinetta and the California T. The app is only available in Australasia, but will be introduced to the American markets at the Inside AR conference in San Francisco this May. As a showroom tool this app requires salespeople to walk around with tablets and use it to show off the features of the car. Ferrari consumers are often in-tune with the car’s features, but the augmented reality experience allows them to physically see aspects found inside the vehicle. The app uses the tablet’s camera to scan the car and determine which model the consumer is viewing to render an image on the screen.

The walkaround for the car is in seven steps through the app. Consumers can see the car while driving to learn about its aerodynamics, look inside the automobile at its mechanics and design its external features. For instance, instead of consumers looking through the vehicle’s brochure to see the options for the wheels, they are able to see it on the car immediately. Once completed, consumers are able to save their customized car and email the video to friends and family. The app allows consumers to record a 15-second video to send as a file.

“Recently when a potential customer test drove the 458 Italia from the Sydney Dealership, the salesman said we have the 458 Speciale which is being prepared for its new owner who is collecting it the following day,” Mr. Jardine said. “The salesman was able to show his client the sold 458 Speciale and cycle through the various external color options and more importantly the racing stripe options available straight after the test drive.

“The customer took away a slice of that customizing experience and was able to share with his friends and family how his future Ferrari was going to look like,” he said.

“The customer stood next to the sold 458 Speciale whilst the salesman was recording and within 15 seconds he had a video clip on his smartphone with his car in his three favorite colors and strip options. From a marketing and brand experience this was a powerful moment the salesman was able to control. At that point it becomes an emotional connection with the customer.”

Slow change
Ferrari is not the only automaker using augmented reality to enhance its showroom. British automaker Jaguar Land Rover has also unveiled a new way to launch an upcoming vehicle through augmented reality technology that allows consumers to experience the model prior to its release date. This initiative was in the 117 Land Rover retailers in the United Kingdom and allowed consumers to see the new car prior to its Jan. 22 release. The technology requires consumers to wear a headset that creates three-dimensional view of the New Discovery Sport, which allows consumers to have an insight to the new product and also builds the anticipation for Land Rover. Similarly, German automaker Porsche equipped dealers with an augmented reality iPad application for the Porsche Panamera that immerses interested consumers in the vehicle’s capabilities.

When hovering the iPad over a vehicle, the app synchronizes with markers that lead to stills, text, video and animation to give consumers a full sense of what the vehicle offers. The app coincided with the release of the Panamera in the Middle East, aiming to increase exposure in eight countries. Augmented reality changes the consumer’s experience and might resonate with the those looking at several brands before purchasing.

“Every Ferrari showroom has a configurator which is a fancy monitor in the Atelier’s room where a customer or potential customer can build their dream car,” Mr. Jardine said. “Everything from the stitching inside, the leather colors, carbon fiber options to name a few options, you can ‘spec’ up your car on the Dealers configurator.

“The app is the link or bridge that takes the customer from the showroom floor and into the Atelier room but still have an amazing experience understanding the technology behind every Ferrari model such as the braking system, the engine and aerodynamics to name a few,” he said.

Source : luxurydaily.com

1 2 3 171  Haut de page