Target drives mobile commerce sales with flashy pictures on Instagram

(Author : Brielle Jaekel)
Discount retailer Target is driving product sales through colorful images on Twitter and Instagram with a high engagement rate.

 

Target drives mobile commerce sales with flashy pictures on Instagram

 

The retailer’s social media accounts are full of aesthetically pleasing pictures featuring products it sells with a focus on color, especially on Instagram. The Target products are photographed in a unique way with bright hued backgrounds or text and shared on applications with links to shop items. “At Target, we’re always looking for fun ways to engage with guests and deliver great design, newness and innovation, [and] that’s true in stores, online and in social media,” said Eddie Baeb, spokesman for Target, Minneapolis, Mn. “We want to be relevant, to be both inspired by our guests and to inspire them. “We view social media platforms like Instagram as a great place to tell creative product stories that are thumb-stopping and share-worthy,” he said. “In social media, we want to create moments of delight that inspire guests to share and shop.”

These pictures usually exhibit a play on words. For instance, a picture on Target’s Instagram account featured a pair of sandals with a bright pink background surrounded by padlocks, with the caption reading “these #sandals make it easy to get your #spring style lock down” with the hashtag #Targetstyle included as well.

Attracting the consumer
The use of color in Target’s images stand out, so even if the consumer is not focusing on scrolling through it will catch her eye and hopefully intrigue her to purchase. The hashtags such as #springstyle #Targetstyle and #sandals are common hashtags the retailer includes to reach a greater audience. These hashtags are popular, which means a greater number of users will see the post. Target includes text that reads, “shop link in profile” in the location feature of Instagram instead of a place. Interested consumers will then click on to the profile where a link to purchase featured items is listed.

This is something seen often on brand and retailer accounts on the social media app to make captions more readable. Users are able to clearly see directions to purchase instead of it being buried in a cluttered caption. Although this tactic reaches a large amount of consumers, the extra steps it takes to purchase can deter shoppers causing mobile commerce to fall by the wayside. Target eases this with mobile friendly links that allow interested consumers to view the curated featured list of products with little to no issues. On Twitter the shopping experience flows more effortlessly because links are included directly in the post, which makes purchasing a one-step process. The issue with Twitter is that the pictures are not showcased as well and reach lesser viewers. For instance, a picture of Target brand alphabet gummies used as Scrabble pieces received more than 13,000 likes on Instagram but only 13 retweets on Twitter and 68 favorites. Whether or not the post on Instagram created a boost in revenue for the product is unknown, but it is clear that the app has a greater reach and engagement rate when it comes to images. The retailer also reposts colorful standout photos from other social media users to broaden its reach. It also piggybacks onto trending topics that are happening at the moment such as posting a photo of dogs with Target chew toys on National Puppy Day.

Mobile sales
The social media posts are just one of the many mobile strategies Target is employing. A Target executive at eTail West 2015 discussed the retailer’s challenges and successes in integrating mobile with the physical in-store experience, claiming that guests using its mobile application while shopping in a bricks-and-mortar store spend more than those that do not. Jack Rogers used similar commerce tactics on Instagram recently as well. The women’s shoe designer started holding flash sales through its Instagram account and mobile-optimized Web site.

“Last year, we were one of the first retailers to make Instagram shoppable using Curalate’s Like2Buy solution to simplify the purchase experience,” Mr. Baeb said. “We saw traffic to Target.com from Instagram increase by 10 times after we launched the initiative.

“We continue to see a good response from guests, and are working to refine and enhance the experience based on guest feedback.”

Source : mobilecommercedaily.com

Un Whole Foods sur roulettes dans les marchés américains

(Auteur : Bertrand Leseigneur)
Un Whole Foods sur roulettes est présent depuis plusieurs mois dans les rues de Portland pour aller proposer des produits frais, provenant de producteurs locaux.. Si le client ne vient pas à toi, Whole Foods ira vers le client avec son My Street Grocery.

 

Un Whole Foods sur roulettes dans les marchés américains

Ce vieux bus se déplace dans les quartiers qui n’ont pas de Whole Foods à proximité et va même s’installer dans les marchés de Portland. Des produits frais, de la viande, des produits laitiers….quand Whole Foods s’approprie le concept du magasin ambulant de campagne pour développer sa communauté d’utilisateurs.

Source : soparticular.com

Colruyt Group lance un nouveau format de magasins citadins

(Auteur : Pauline Neerman)
Colruyt Group innove : outre l’ouverture d’un deuxième point de vente Cru à Gand, le distributeur de Hal lance un nouveau ‘mini concept de proximité citadin’, baptisé Okay Compact.

 

Okay Compact

Okay Compact, un nouveau concept de proximité

Jusqu’à présent Colruyt Group opérait dans le segment du commerce de proximité uniquement sous son enseigne Spar. A présent le distributeur a décidé de renforcer sa présence dans ce segment avec Okay Compact,  un nouveau concept de petits magasins de quartier dans des zones urbaines. En guise de test, le groupe a déjà ouvert deux magasins pilotes d’Okay Compact à Ixelles (Bruxelles) et dans le centre de Liège. De plus un autre point de vente est prévu à Anvers, écrit Pascal Dendooven dans le journal De Standaard d’aujourd’hui. Par ailleurs le groupe aurait fondé spécialement pour ce nouveau format une société distincte, Comant, avec dans son conseil d’administration tous les hauts dirigeants de Colruyt Group. Jan Derom, porte-parole de Colruyt, a déjà laissé entendre que les premiers résultats des magasins pilotes étaient positifs : « C’est un concept réservé aux villes. Nous voulons continuer à expérimenter dans différentes villes et voir ce qui marche et ce qui ne marche pas. Nous voulons suivre tout cela de près, ce qui s’avère plus facile via une société distincte. »

Cru débarque à Gand l’année prochaine

Croissance au programme également pour Cru, le nouveau concept de ‘marché du frais premium’ de Colruyt Group, lancé l’automne dernier. L’année prochaine un deuxième Cru s’installera sur le Kouter à Gand, confirme le groupe dans le journal De Standaard. « La décision est prise, mais il reste pas mal de travaux à faire dans le bâtiment », indique le directeur du concept Jean-Pierre Roelands. C’est pourquoi l’ouverture n’est prévue que dans un an. Cru envisagerait également de s’implanter au Eilandje à Anvers, mais rien n’a encore été décidé définitivement à ce sujet. Par ailleurs le concept, tel qu’il est appliqué dans le premier point de vente Cru à Overijse, va être légèrement adapté, notamment en proposant « un peu plus de service, davantage de contact avec le produit et des adaptations au niveau du goût ».

Source : retaildetail.be

Kroger’s app upgrades shopping list for enhanced planning, shopping experiences

(Author : Chantal Tode)
Supermarket chain Kroger is tightening the integration between the planning and in-store stages of grocery shopping through new upgrades to the shopping list feature in its mobile application that make it easier to find products.

 

03_kroger_app_CLH

Users of the updated app for iOS and Android can now find even more specific products for their shopping list thanks to the addition of popular items to the predictive text search capability. In addition, shoppers can now sort their shopping list by aisle location in their preferred store.

“We’re offering customers the option to sort by aisle in our shopping list in our iOS and Android mobile apps and on our shopping list within our .com sites,” said Keith Dailey, a spokesman at Kroger, Cincinnati, OH. “Our goal is to listen and be responsive to our customers, and aisle location was on the list of regularly-requested features. “Aisle location makes it easier for customers to shop in any of our stores and find the items on their list,” he said. “Customers will find aisle location for their ‘Favorites’ when they’re building their shopping list. Favorites are the items that are relevant to that shopper based on what they buy regularly.” 

Aisle location
The new version of the Kroger mobile app adds popular items at a user’s preferred store to the predictive text search in the shopping list feature. Additionally, specific items that are added to the list from a user’s Favorites as well as specific items added from predictive text with have aisle locations. Another new feature is the addition of 18 months of prescription history within the Kroger pharmacy section of the app. Kroger has also simplified the process of selecting pickup times for refills as well as made some minor changes to the app front page and to how digital coupons are displayed.

Fuller experiences
Grocery stores and mass merchants are waking up to the potential of mobile to enhance the creation and use of shopping lists. Last month, Target beefed up shopping list features in its mobile application with a bigger focus on deals and offers, including the ability to add Cartwheel offers directly from a list in the Target app.

“Mobile is a key part of Kroger’s broader strategy to enhance our connection with customers when, where and how they want to interact with us,” Mr. Dailey said. “Our mobile app has improved steadily since its introduction just a short few years ago.

“We’ve moved from offering easy access to savings through the weekly ad and digital coupons, to providing customers with a full shopping list, information about their Kroger store, and pharmacy and prescription management all in one place,” he said. “We continue to see strong mobile and online engagement from our customers.”

Source : mobilecommercedaily.com

A Cologne, un centre commercial dédié aux sports outdoor propose d’essayer les produits en conditions réelles

(Auteur : idees locales)
Un centre commercial allemand spécialisé dans le sport en plein air permet d’essayer les produits en conditions réelles.

 

A Cologne, un centre commercial dédié aux sports outdoor propose d’essayer les produits en conditions réelles

Globetrotter Koln est un centre commercial dédié aux sports de plein air situé à Cologne, dans l’ouest de l’Allemagne. D’une superficie de 7000 m2, il s’étend sur 4 étages et propose un choix de produits très large (600 marques et 25 000 articles).
Le Globetrotter de Cologne innove en permettant aux produits d’être testés en situation réelle. Au rez-de-chaussée, un lac d’une profondeur de 4.30 mètres permet essayer le matériel de plongée et les canoës.

Une grotte où une pluie fine, artificielle et constante permet de vérifier l’étanchéité des tentes ou des imperméables. Un mur d’escalade, une chambre froide et un couloir obscur pour tester l’efficacité des lampes font également partie du lieu.

Pour accentuer l’aspect nature et aventure, Globetrotter est équipé d’une fourmilière, et d’un aquarium rempli de méduses. La bande son du magasin qui diffuse des cris d’oiseaux et d’insectes donne véritablement le sentiment d’être transporté en pleine nature.

Globetrotter va au delà de la simple mise en situation des produits. Il possède un restaurant, une agence de voyage spécialisée dans le trekking, une école de plongée, une librairie spécialisée dans la littérature de voyage ainsi qu’un cabinet de médecine spécialisé dans les maladies tropicales.

Ce concept a connu un succès immédiat et a même obtenu le Euroshop Retail Design Award en 2008.

Source : ideeslocales.fr

IKEA’s global selling via Instagram is a personalized experience

(Author : Aleksandra Ozimek)
Selling through Instagram creates a personalized user experience according to an IKEA executive at the 2015 Mobile Marketing Association Forum New York.

 

IKEA’s global selling via Instagram is a personalized experience

Focusing locally and selling through Instagram are key to the retailer’s mobile strategy, according to the executive. IKEA started selling its merchandise through its Instagram account and showed that this strategy is successful.

Local vs global reach

“For us, for brands and retailers, this is allowing us to reach most of the time anywhere anytime,” said Victor Bayata, head of mobile solutions at IKEA Group, Lund, Sweden. “For us at IKEA, it’s not just about the experience. It’s about creating a unique, relevant and the key word here is integrated experience.”

During the “Why Does Major Big Box Marketer IKEA Need an App?” session, the exec explained that the goal for IKEA, one of the world’s largest furniture retailers, is focusing on what works for each demographic locally, but keeping in mind that anything that’s mobile is also instantly global.

IKEA provides globally viral content on its ikeausa Instagram profile. It features items on sale with links to purchase them, it shows decor inspiration with links to articles and although these posts appear on the US site, IKEA knows they will be viewed globally. The profile currently has over 207 thousand followers. The retailer’s global reach is evident when its content is released locally but goes viral globally, spanning multiple markets.

In Singapore, IKEA released a video advertisement showing its store catalog as an Apple commercial spoof. The video went viral instantly on a global level and currently has over 16 million views.

Digital content inspiration

IKEA readjusted its original catalog for mobile when the world went digital, letting go of its original catalog format. A new application for downloading and browsing the most recent catalog followed, and it offers customers a personalized shopping experience. Users can use the app to locate stores in their area, search for products, create a shopping list and download the catalogs. It also features Swedish phrases like Hej, which means Hello. “We understand and we know that every time we product develop, we must go into people’s homes in every culture and do service, interview, we really want to understand how people live,” Mr. Bayata said. “It is the same principle for developing and at the same time how we digitally expand.

The retailer realizes that its customers rely on real life examples, noticing that they enter IKEA stores with digital tools and create content with them. It’s important for IKEA to understand these behaviors to support them and bring them relevant communication.

“Our ambition as a company is all about, again, bringing the customer a unique, relevant and integrated experience that can allow us to engage.”

Source : evigo.com

Carrefour lance la Connected Kitchen, un ‘self-scan’ à domicile

(Auteur : Carole Boelen)
Carrefour Belgique a présenté la Connected Kitchen, un service développé par Worldline spécialement pour le retailer. Celui-ci se présente sous la forme d’un scanner disponible chez soi.

Carrefour lance la Connected Kitchen, un 'self-scan' à domicile

La Connected Kitchen, l’ Amazon Dash de Carrefour Belgium…

Un concept identique avait été présenté l’an dernier par Amazon. L’Amazon Dash permettait aux utilisateurs de créer une liste de courses en scannant les produits disponibles chez eux ou en les nommant via le microphone intégré. Mais la “Connected Kitchen” de Carrefour, si elle n’est pas une première mondiale constitue bel et bien une première en Belgique. La Connected Kitchen est utilisée, depuis deux semaines, par quelques salariés de Carrefour Belgium et sera testée dès le mois d’avril par 30 ambassadeurs. Elle sera ensuite proposée aux clients.

Avec cette innovation, la liste des courses s’élabore au fur et à mesure que l’on constate le besoin de racheter un article. L’objet permet de scanner n’importe quel produit et de l’ajouter automatiquement au panier relié au compte Carrefour online du client. Comme l’Amazon Dash, la Connected Kitchen intègre également la reconnaissance vocale et permet donc d’enregistrer une commande verbale.  Autre similitude? L’appareil est design et muni d’un aimant pour l’accrocher au frigo.

Scanner des produits concurrents? C’est possible!

Plus étonnant peut-être: la Connected Kitchen permet de scanner des produits d’un distributeur concurrent… Elle dispose en effet d’une mémoire de 1,3 millions de codes barre toutes enseignes confondues et proposera – au moment de la conformation de la commande – un produit équivalant vendu chez Carrefour (parmi les 17.000 références online). Un service qui ne plaira sans doute pas aux chaines concurrentes…

Finalisation de la commande

Pour finaliser sa commande, l’utilisateur se rendra sur la plateforme en ligne drive.be, la vérifiera et la règlera. Il lui restera alors à choisir parmi les 50 points retraits online ou les 10 drives Carrefour. La livraison à domicile figurera également parmi les choix proposés.

Source : www.gondola.be

Decathlon Mobility arrive à grandes enjambées en gare Lille-Flandres

(Auteur : Alexandre Seba)
Dédié à la mobilité urbaine, le concept Decathlon Mobility a choisi d’installer son premier magasin à Lille-Flandres. Sur place, trottinettes, vélos pliants et bagagerie attendront les futurs utilisateurs au pied du train.

 

Decathlon Mobility arrive à grandes enjambées en gare Lille-Flandres

À l’intérieur de la boutique, tout est déjà prêt pour l’ouverture prochaine (prévue jeudi 19 février). Sur place, dans le local de 200 mètres carrés, idéalement situé à l’entrée de la gare Lille-Flandres, quatre salariés et des trottinettes. Beaucoup de trottinnettes, comme autant de vélos pliants et de bagagerie exposés. Decathlon Mobility, le premier de France, c’est d’abord un concept lié, comme son nom l’indique, à la mobilité alternative.

Les ultra urbains

L’idée : « Proposer des produits pour les voyageurs de la gare et les ultra urbains », explique l’équipe. Les ultra urbains ? « Des personnes qui habitent ou travaillent en centre-ville, mais n’ont pas forcément de voiture. »Et préfèrent donc se déplacer en trottinette ou à vélo pliant « pour pouvoir prendre les transports avec ou les emmener au bureau ». Forcément plus pratique, plus économique et plus rapide.

Un quart des ventes de l’enseigne

« Il y a une forte attente des utilisateurs dans ce domaine, assure Xavier Rivoire, dircom de Decathlon. Le rayon cycles et glisse urbaine marche très bien » dans les 262 magasins français. Selon Decathlon Mobility, cet « univers » représente en moyenne un quart des ventes globales de l’enseigne. Avec des marques exclusives, comme Oxello pour les trottinettes, B’Twin pour les vélos ou encore Newfeel pour les sacs… Des produits disponibles en boutique et sur le net. « 80 % des clients se connectent sur notre site avant de venir », précise Xavier Rivoire.

Possible de commander sur internet

À Lille-Flandres, les acheteurs pourront commander à distance ou depuis les bornes à disposition et, surtout, récupérer leurs achats dans les casiers automatiques du magasin durant quatorze jours. « Tous nos produits peuvent être livrés gratuitement sous 48 heures», détaillent les vendeurs. « Decathlon Mobility est plus petit (qu’un Decathlon classique), mais tous les produits de l’enseigne sont disponibles sur commande. Les gens sont pressés et n’ont pas le temps de parcourir quinze rayons. Notre but est de leur faire gagner du temps. »

Source : lavoixdunord.fr

Biocoop, plus militant que jamais

(Auteur : Amelle Nebia)
Avec des résultats en hausse, Biocoop confirme sa place de leader national. Une campagne éclairera, dès le 1er avril, un positionnement militant plus affirmé avec la signature “achetons responsable”.

 

Biocoop, plus militant que jamais

Biocoop va bien et le fait savoir. Avec une progression de son chiffre d’affaires de 13,4% entre 2013 et 2014 (à 657 M€), Biocoop (357 magasins) confirme sa position de leader historique du segment des produits bio dans l’hexagone.

Le réseau, né il y a 25 ans, revendique “l’agriculture biologique pour tous” notamment en maîtrisant toute la chaîne de valeur : de la production (1 300 producteurs associés), au transport, à la distribution en passant par l’aide au financement de magasins via le système des Scop (outil de financement “Défi Bio” doté de 4 million d’€) ou encore l’Association de Consommateurs (Bio Consomm’acteurs). Le plan Ambition Bio 2017 vise à doubler les surfaces agricoles cultivées en agriculture biologique d’ici à deux ans pour les porter à au moins 2 millions d’hectares, soit 8% de la surface agricole utile (SAU)

Une offre étendue

La valeur du panier moyen a progressé de 0,8% (32.10€ en 2014) notamment sous l’effet de l’élargissement de l’offre produit frais et fruits&légumes en magasin ainsi qu’une offre prix plus concurrentielle (sur le vrac notamment). L’enseigne offre 7 400 références au total dont 106 sous marque propre Biocoop, 200 sous la marque “La Bio je peux” (petits-prix) et 460 références en commerce équitable (“Ensemble, Solidaires du producteur au consommateur). La part des produits issus du commerce équitable représente 24% des ventes de l’enseigne. Biocoop prévoit 20 ouvertures de magasins cette année.

La consommation bio progresse

Le marché du bio a progressé de 10% en un an. Il pèse près de 5 Mds d’€ et devrait représenté près de 3,7% du marché alimentaire global. Aujourd’hui 88% des Français consomment au moins occasionnellement des produits bio (contre 75% en 2013) et 6 sur 10 régulièrement (soit une fois par mois). Plus de 9 Français sur 10 déclarent en outre vouloir maintenir, voire augmenter leurs achats bio dans les 6 prochains mois (sources : Baromètre 2015 de l’Agence Bio et Precepta)

Campagne de communication

Après une première prise de parole en 2011 (campagne “Biocoop n’a rien à cacher”), une nouvelle campagne démarrera le 1er avril prochain avec une nouvelle signature : “achetons responsable“. Elle mettra particulièrement l’accent sur : l’achat responsable, le local, la lutte contre les OGM et le suremballage et le renforcement de du commerce équitable.

Biocoop c’est :

Le Leader de la distribution alimentaire biologique spécialisée en France depuis plus de 25 ans, Biocoop distribue également ses propres MDD : produits issus du commerce équitable et des écoproduits et de cosmétiques. Ce modèle coopératif multi professionnel regroupe 357 magasins et 1 300 producteurs partenaires. Biocoop revendique ” l’agriculture biologique pour tous” et inscrit sa démarche au coeur d’une charte appliquée par l’ensemble des acteurs du réseau. Biocoop comprend également 3 filiales : STB (Société de Transport Biocoop) ; Biocoop Restauration et DEFIBIO qui accompagne financièrement ses partenaires professionnels (producteurs, transformateurs, magasins). Les chiffres clés 2014 : 27 096 tonnes de fruits et légumes vendus (soit 10 % du volume national tous circuits confondus), 0% de transport par avion, 24% de part de commerce équitable et un CA de 657 millions d’euros soit une croissance de 13,4% de son activité.

En 2015

Plus de 20 ouvertures sont prévues en 2015 avec un objectif d’augmentation de +10% du réseau en Île-de-France et 50 nouvelles embauches réalisées en 2014, 850 personnes dans l’entreprise et plus de 4 000 dans les magasins.

Source : e-marketing.fr

Les étoiles montantes du e-commerce africain

(Auteur : Isabelle Lesniak)
En quelques années, Jumia, Lamudi ou Kaymu ont réussi à conquérir la quasi-totalité du continent africain grâce à leur offre inédite par rapport aux standards locaux. Mais, pour en arriver là, ces sites ont dû se montrer particulièrement créatifs.

 

Les étoiles montantes du e-commerce africain

Elles se comparent volontiers aux géants internationaux et se surnomment les « Amazon, Seloger.com ou e-Bay africains ». Mais les Jumia, Lamudi ou Kaymu, ces stars montantes du e-commerce au Nigeria, en Côte d’Ivoire ou encore en Algérie, sont plutôt des versions revues et fortement corrigées des références mondiales. « Nous, sociétés africaines du e-commerce, avons quatre défis particuliers à relever par rapport au reste du monde », résume Fatoumata Ba, directrice générale en Côte d’Ivoire de Jumia, l’« Amazon africain» : « il nous faut gagner la confiance de clients réticents par crainte de la cybercriminalité, compenser des infrastructures défaillantes, gérer la pénurie de talents pointus et trouver comment toucher le consommateur alors que la pénétration d’internet ne dépasse pas 4% dans un pays comme la Côte d’Ivoire ». En Afrique, les obstacles au développement du business restent donc nombreux. Mais l’offre qu’apportent ces nouveaux acteurs à des populations avides de consommer est tellement inédite par rapport aux standards locaux qu’ils parviennent à prendre rapidement des marchés peu structurés à la croissance vertigineuse.

En trois ans, Jumia, lancée depuis le Nigeria par l’incubateur allemand Rocket Internet Group, s’est ainsi imposée dans la vente électronique de vêtements, de meubles comme de matériel high tech dans onze pays du continent. La société – qui commercialise 250.000 produits dont elle garantit la livraison à domicile, au bureau ou dans un point de collecte sous 1 à 5 jours – emploie 1.500 personnes sous la direction deux Français trentenaires venus de l’audit et du conseil et passionnés par les pays émergents, Sacha Poignonnec et Jeremy Hodara. Depuis que Jumia a levé 150 millions de dollars à la fin de 2014, sa valorisation dépasse les 550 millions de dollars et elle est présentée comme l’une des plus belles success stories du continent africain.

On règle en cash à la livraison du colis

Pour en arriver là, ses dirigeants ont dû se montrer créatifs. « On ne comprend rien si on n’envisage Jumia que comme un site de e-commerce », expose Sacha Poignonnec. « C’est aussi un centre d’appels, des entrepôts, une entité de transports qui dispose de 800 motos et camions dans dix villes au Nigeria pour livrer en exprès ». Les habitudes locales ont contraint ses dirigeants à adapter certains concepts. « Le paiement par carte bleue étant très compliqué, on a développé la possibilité de régler en cash à la livraison après vérification du colis », note Fatoumata Ba. Pour compenser la rareté des ordinateurs, Jumia a aussi lancé une application mobile que des milliers d’ambassadeurs itinérants peuvent présenter aux consommateurs potentiels dans leurs lieux habituels de rassemblement.

De même, ce n’est qu’en corrigeant certaines erreurs initiales que Lamudi, le « seloger.com africain », a pu percer dans 28 pays. Ce portail immobilier en ligne, qui connecte acheteurs et agents mandatés par les propriétaires, a par exemple pris l’habitude de systématiquement doubler les emails envoyés à ces derniers par des sms, bien plus efficaces dans ce continent où le téléphone mobile est roi. La plateforme investit aussi dans la formation des intermédiaires qui apprennent à rédiger des annonces détaillées et standardisées des biens proposés, assorties de photos d’un niveau quasi-professionnel. Du jamais vu en Afrique !

Source : lesechos.fr

1 2 3 168  Haut de page