Le géant chinois Xiaomi
ouvre un « flagship » sur les Champs-Elysées

Activation Commerciale

Activation Commerciale

21 January
2019

Le géant chinois Xiaomi ouvre un « flagship » sur les Champs-Elysées

Sept mois après son arrivée en France, le 4 le fabricant mondial de smartphones compte sur cette adresse prestigieuse pour augmenter sa notoriété.

(Auteurs : Raphaël Balenieri, Sébastien Dumoulin) 

Tournant symbolique pour Xiaomi. Six mois après Samsung et deux mois après Apple, le quatrième fabricant mondial de smartphones débarque à son tour sur les Champs-Elysées. Le groupe chinois a inauguré, ce vendredi, sa quatrième boutique en région parisienne, un espace de presque 500 mètres carrés qui est aussi son plus grand magasin en Europe.  Sept mois après être arrivé en France, Xiaomi veut utiliser cette prestigieuse adresse pour accroître sa notoriété sur cette avenue qui voit défiler 300.000 personnes par jour, selon le Comité des Champs-Elysées.

« Cette inauguration confirme l'attraction de l'avenue et démontre également que la téléphonie devient de plus en plus un univers lifestyle. Orange et SFR y étaient certes présents depuis longtemps, mais le secteur high-tech se renforce désormais qualitativement, commente Edouard Lefebvre, le directeur général de cette organisation qui assure la promotion des 'Champs'. C'est un excellent choix pour Xiaomi : ils seront près de leurs concurrents Apple et Samsung au moment où les Champs-Elysées montent en gamme. »

Montée en puissance

Alors que Huawei, loin devant Xiaomi avec 14,6 % des parts de marché au troisième trimestre, contre 9,5 % selon IDC, traverse l'une des plus grandes crises de son histoire, l'arrivée de Xiaomi sur les Champs-Elysées confirme  la montée en puissance des acteurs chinois du smartphone. Même si des banques chinoises, comme la Bank of Communications, étaient déjà présentes dans les étages des immeubles des Champs-Elysées, aucune marque chinoise n'avait jusqu'à présent pignon sur rue. Ni le climat social en France, ni l'affaire Huawei n'ont visiblement découragé Xiaomi d'inaugurer son magasin phare... un jour avant l'acte X des « gilets jaunes ».

Ce vendredi matin, une centaine de personnes, coiffées de bonnets orange - la couleur de la marque -, attendait patiemment l'ouverture du magasin malgré le froid. Parmi la foule, plusieurs fans, tirés au sort, ont même eu une minute chrono pour dévaliser les rayons et emporter gratuitement tous les produits de leur choix. Dans le magasin : les smartphones du groupe et tous ses gadgets. Brosses à dents électriques, ampoules connectées, valises et même jouets en bois pour enfant.

Boutiques en dur

Né en 2010 à Pékin, Xiaomi avait d'abord opté en Chine pour une stratégie digitale avec une distribution sur les grandes plates-formes d'e-commerce et sur son propre site, afin de limiter les coûts. Après avoir été distancé par ses rivaux qui misaient, eux, sur des emplacements physiques, Xiaomi a changé son fusil d'épaule et ouvert à son tour des boutiques en dur. Le groupe en compte désormais plus de 1.600 en Chine, 300 dans le reste du monde (Inde exclue), dont une centaine en Europe.

« Ces boutiques nous permettent de proposer des produits certifiés qui collent mieux aux attentes des différents marchés, mais aussi un meilleur service après-vente, dans la langue du pays, explique Wang Xiang, le vice-président de Xiaomi chargé de l'internationalisation (le groupe est présent dans 82 pays). Les clients peuvent voir aussi voir tous nos produits pour la maison connectée, car nous sommes bien plus qu'un fabricant de smartphones. La plupart de nos fans sont férus de technologie et nous connaissaient grâce à notre présence en ligne. Désormais, nous devons élargir notre clientèle. »

Moins de 5 % du marché

Après cette inauguration en grande pompe, Xiaomi va devoir accélérer car le groupe est encore un Petit Poucet sur le marché français du smartphone. En novembre, selon GfK, il était à la sixième place, avec 4,6 % du marché (en volume), contre plus de 29 % pour Samsung. Mais la marque est bien positionnée sur le segment des smartphones entre 150 et 200 euros, avec une part de marché de presque 17 %, selon GfK.

Après l'Espagne - où il a ouvert 30 boutiques et s'est hissé en quelques mois sur la troisième marche du podium des constructeurs -, la France reste malgré tout « l'un des plus grands marchés de Xiaomi en Europe », selon Wang Xiang. Le groupe étudie d'ailleurs la possibilité d'investir dans des start-up françaises. Après ses gadgets électroniques, il pourrait également commercialiser en France ses services, comme sa plate-forme IoT (Internet des objets) qui connecte déjà dans le monde... 132 millions d'appareils.

Source: lesechos.fr

#Tags

Actualités similaires

commentaires

0 thoughts on “Le géant chinois Xiaomi ouvre un « flagship » sur les Champs-Elysées”

Leave a reply

Required fields are marked *